Advanced Explorer vs l'explorateur de Windows

De version en version, Windows et son explorateur conservent les mêmes défauts, comme un précieux héritage.

Pire encore, des distributions Linux comme Mint dans leur volonté de fournir une interface aussi familière que possible que celle de Windows, reprennent les même défauts quand à l'interaction avec l'utilisateur. En concevant l'interface Tiloid et celle d'Advanced Explorer, je me suis efforcé de trouver des solutions nouvelles afin que ces défauts ne réapparaissent pas dans ces nouveaux logiciels.

De quels défauts s'agit-il?

Voici une liste de ce qui dans l'interface de Windows et plus encore dans celle de l'explorateur, peut ennuyer l'utilisateur...

  1. Quand on déplace une fenêtre sur l'écran, dès qu'elle touche le bord, elle passe en mode plein écran. Aucun des designers de Microsoft n'a pensé qu'on pouvait vouloir déplacer une fenêtre jusqu'au bord de l'écran pour dégager la vue sur les autres fenêtres.
  2. Quand on clique sur une entrée de répertoire, un nom de fichier ou de sous-répertoire, immanquablement, l'explorateur propose de le renommer. Pourtant il est beaucoup plus fréquent de sélectionner un fichier pour l'ouvrir que pour en changer le nom, une opération assez rare qui ne devrait pas être aussi immédiate.
    Dans Advanced Explorer, il faut cliquer dans un menu ou sur une icône pour renommer un fichier.
  3. Encore une idée qui se veut sans doute ingénieuse au départ et qui à l'usage peut avoir des effets désastreux: on peut sélectionner un groupe de fichiers pour les renommer tous ensemble. Le défaut de cette fonction est que tous les fichiers sélectionnés auront le même nom. L'intérêt d'avoir un groupe de fichier avec le même nom semble un peu douteuse. Il peut même arriver que des fichiers soient sélectionnés mais hors de la vue affichée, et qu'ils se trouvent ainsi renommés par erreur. Restera alors pour l'utilisateur à retrouver le nom d'origine.
    Cette option de renommage en bloc n'a pas été retenue dans A.E., une omission tout à fait volontaire.
  4. Quand on demande la création d'un nouveau dossier, Windows d'emblée crée un dossier nommé "Nouveau répertoire". Même si on renonce à l'opération. Il peut arriver avec le temps d'avoir plusieurs de ces dossiers vides dans un répertoire.
    Ce défaut n'existe pas dans A.E. parce que le dossier n'est créé que si l'opération est complétée.
  5. Le designer qui a imaginé de réduire la taille du bouton de la barre de déroulement en fonction du contenu du dossier n'a peut-être jamais eu de répertoire contenant plus de 1000 fichiers. Car dans ce cas le bouton de la barre de déroulement devient tellement minuscule qu'on a du mal a le saisir avec la souris.
    Malheureusement A.E. dépend de l'interface du navigateur et ne peut rien faire quand il utilise les widgets d'origine du système.
  6. Un défaut que l'on retrouve aussi seulement dans le logiciel de dessin Gimp, autre cauchemar en terme d'interface: l'absence de mémoire dans la navigation sur le système. Quand on ouvre l'explorateur, on est obligatoirement à la racine du lecteur C, il faut alors rechercher dans les sous-répertoires celui que l''on parcourait lors de la précédente session.
    A.E. s'ouvre toujours dans le dernier répertoire visité avant la fermeture du programme. Si l'on veut revenir à la racine du système de fichiers, ce n'est pas très difficile...

Les concepteurs donnent souvent l'impression de ne jamais utiliser les logiciels dont ils réalisent l'interface.

Pourtant l'explorateur a aussi des qualités. La possibilité de cliquer sur un répertoire dans le chemin dans la barre de navigation par exemple, en est une. Son implémentation devra être faite aussi dans A.E.


L'art d'innover de Microsoft: Le site AOL en 1996 contre Windows 8

Mais A.E. ne se borne pas à corriger les défauts de l'explorateur et ce n'est pas l'objectif de sa conception. Il est doté d'une architecture client-serveur locale qui fait que l'on peut facilement ajouter de nouveaux modules, sans qu'il soit besoin de compiler le code. Avec le temps il sera doté progressivement de nouvelles fonctions qu'on ne verra jamais dans l'explorateur de Windows ni dans celui de tout autre système.