Le futur des moteurs de recherche

Pour Stefan Weitz qui conduit les opérations de Bing, le moteur de Microsoft:

"Le futur de la recherche n'est pas le champ de texte que vous avez appris à connaître et à utiliser... il n'aura plus ce facteur contraignant. Littéralement partout où vous irez, sur chaque appareil que vous aurez, chaque chose à laquelle vous toucherez effectuera une recherche, que vous en soyez conscient ou non. "

Futur des moteurs de recherche

Voilà qui va rendre la tâche du webmaster plus difficile. Weith donne 10 ans au champ de recherche pour disparaître. Le Web ne serait plus une collection de pages mais deviendra une représentation du monde réel dans un format digital.

La vision de Weitz est un aspect de la réalité augmentée, laquelle suppose consultation d'une base de donnée pour fournir les information sur ce que montre le mobile.

Répondre aux questions

Pour Eric Schmidt, ex-CEO de Google, l'avenir est plus simple: un moteur de recherche devra juste donner une réponse précise, quelle que soit la question.
Il semble que cette ambition soit reprise par les nombreux sites de question-réponse qui prolifèrent, et par les anciens moteurs de recherche comme Ask, transformé en site de ce genre.
L'objectif de Google sur les 10 années à venir, c'est de fournir une réponse qui soit exactement ce que vous voulez savoir.
Le PDG de Google, voit le futur de la recherche en connexion directe sur votre cerveau! Entendons par là, savoir exactement ce qui se passe dans votre tête, ce que vous pensez, ce que vous voulez.
Ce qui est important, c'est de passer des mots à la signification. Donc comme le dit Marissa Meyer, d'aller au-delà des mots-clés. Il faut que Google comprenne le sens des questions pour mieux y répondre.

Le moteur de recherche dans tous les appareils

Pour Marissa Mayer, ex-Vice présidente de la recherche Google et par la suite devenue CEO de Yahoo!, autre moteur de recherche, le plus utile serait que la requête soit traduite dans toutes les langues et trouve une réponse dans toutes les pages quelle que soit leur langue.

"Nous pensons qu'il est vraiment important d'aller au-delà des simples mots-clés et de permettre aux gend de poser des questions, et peut-être d'avoir plus facilement accès aux choses à partir de leur téléphone mobile."

Au-delà de la recherche actuelle, il y a aussi l'incorporation de nouveaux médias: les livres, les vidéos, les news.

Dans les 10 prochaines années, on verra de nouvelles façons de faire des recherche: avec la reconnaissance vocale, le langage naturel, des images ou des sons. Parmi de multiple autres voies.
Il faudra sans doute revoir l'interface pour tenir compte de tous les nouveaux médias.

En combinant la recherche intuitive (Marissa Meyer) et la recherche dans les appareils (Stefan Weitz), on devrait disposer d'un mobile qui fera des commentaires à tout moment à propos de ce que vous êtes en train de faire, et de l'endroit où vous trouvez, des gens que vous rencontrez...

La personnalisation

La personnalisation est aussi une autre tendance à developper. Le moteur recherchera des réponses en fonction de ce qu'il sait de vous de façon à ce que la réponse soit proche de vos intérêts propres.
Elle envisage aussi une recherche intuitive selon laquelle le moteur présente les résultats avant même que vous n'ayez formulé la requête.

Pour une recherche plus efficace, il faut que le moteur vous connaisse mieux. Avec des informations personnelles (transparentes et que vous contrôlez), le moteur pourra beaucoup mieux répondre à ce que vous attendez de lui.
Le moteur du futur saura où vous habitez, ce que vous connaissez, quelles sont vos préférences.
La localisation importe beaucoup dans les questions que l'on pose, car il y a des réponses qui correspondent plus précisément à votre région.

De la vision de Marissa Meyer, ont voit les prémisses avec le bouton +1 pour favoriser une recherche sociale, donc en fonction de ce que vous et vos relations aimez, et dans la recherche instantanée où la page de résultat évolue pendant que vous tapez la requête.
Reste à savoir si la vision de Weitz se concrétisera également.

Passer des mots-clés à la signification des mots

Google veut obtenir une compréhension du contenu des pages et aller au-delà de l'identification primaire des mots-clés. Après avoir acquis le site Freebase, un moteur de connaissance construit par collaborativement par les internautes, il a depuis largement développé le contenu fourni par le site. Et il est en train de construire l'infrastructure d'un nouveau moteur de recherche basé sur la connaissance.

Et la connaissance se construit par les relations entre les objets. Par exemple le mot Paris lorsqu'il s'agit de la ville est relié à quantité de monuments, de personnes. Il peut s'agir d'un synonyme comme paris sportif et il sera relié à autre chose. Le but est donc de comprendre ce que représente un mot dans une page et ce que demande l'utilisateur dans la requête afin de fournir des résultats parfaitement pertinents.

Le contenu des sites sera t-il transféré aux pages de résultats?

La capture ci-dessous est une page du moteur expérimental de Google wdyl, lancé en juin 2011. Son but est de présenter les différents types de résultats concernant une requête, en l'occurence le mot "robot".
Comme on peut le voir, cela va au-dela de la liste de sites et constitue quasiment un article encyclopédique sur le sujet. C'est une idée qui semble préoccuper Google puisqu'à coté de ce site expérimental, des tests on été menées dans la recherche organique avec un panneau latéral contenant aussi une sorte d'article encyclopédique sur le thème de la requête, qui ressemble à un article de Wikipedia et y puise d'ailleurs son contenu.

L'avenir du moteur de recherche est-il dans le remplacement des sites Web? Une partie des requête fournit déjà des réponses directes telles que conversion, cours de la bourse, résultats olympiques...

 

WDYL

Knowledge Vault

Au fil du temps, Google a construit une vaste base de donnée de faits, à partir de tout ce qui est affirmé sur les pages du Web. Cette base est sensée contenir l'essentiel des faits réel. Google a le projet d'utiliser cette base pour classer ces sites, indépendamment de leur popularite: les pages qui contiendraient des affirmations fausses (en contradiction avec ce que contient la Knowledge Vault) seront déclassés! Un nouveau score sera établi pour remplacer Panda: le Knowledge-based Trust Score.

La première conséquence que l'on envisage c'est une optimisation des faits dans les sites pour obtenir un meilleur positionnement. La fin de toute contestation. Et de toute ironie! Si j'écris dans une page: "Les moteurs de recherches sont géniaux, et la terre est plate.", je serai sûrement pénalysé. Mais pourquoi exactement?

La DARPA aussi veut révolutionner la recherche

L'organisme qui est aussi le moteur du développement robotique, veut changer entièrement la façon dont on fait des recherches sur le Web. Elle a donc lancé le programmer Memex qui se spécialisera dans des domaines particulier et couvrira tous les aspects de la documentation, la recherche de l'information, l'analyse des données, la présentation des résultats.
C'est un fait que le problème principal de la recherche actuelle est dans les trop nombreux contextes pour lesquels quelques mots-clés ne suffisent pas à définir ce dont on a besoin. Le terme "extraction de l'information" suggère que l'on puisse fabriquer des réponses détaillées à partir de données prises dans des documents existants.

Elle lance donc un appel aux contribution, mais refuse toute proposition consistant à améliorer les moteurs existants: il faut que le procédé soit entièrement nouveau. Cette page pourrait donner des idées aux candidats... L'interface aussi doit être nouveau. Une idée personnelle: développer un avatar qui ait une bonne connaissance de votre travail, et fasse des recherches pour vous...

Robot de recherche

Lorsqu'il sera devenu un moteur de connaissance, ce à quoi Google travaille activement, il pourra être relié aux robots personnels ainsi qu'aux robots d'entreprise et leur fournir les données leur permettant de connaître le Monde.
Il pourra aussi leur servir à comprendre le langage humain, ce qu'on dit au robot étant assimilé à une requête à laquelle il doit répondre, ou un ordre qu'il doit exécuter.

Le logo Google est dédié à l'auteur de science-fiction H.G. Wells.

Plus d'informations