Professionnels comme des robots

Mais ce sont de vrais robots, adaptés à chaque métier... Images et vidéos.

Agriculteur

Le robot cultivateur de fraises est la création de l'institut de machinerie agricole du Japon qui s'attaque aux tâches agricoles délicates qui exigent de savoir évaluer l'état de mûrissement des fruits. Cela a aboutit à la fabrication d'un robot qui reconnaît les fruits parmi les feuilles et juge qu'ils sont mûr en fonction de leur couleur. Il peut alors avancer ses pinces pour la cueillir délicatement.

L'intérêt particulier du robot dans ce domaine est qu'il peut travailler la nuit (avec des lampes) et produire des fruits vraiment frais sur le marché du lendemain!
Une fois passé en production il permettra aux maraîchers d'économiser jusqu'à des millions d'euros si la taille de leur exploitation est importante. Le robot ne passe que 9 secondes sur chaque fruit.
L'institut, après avoir expérimenté le robot sur les fraises, va passer aux autres fruits et légumes, tels que raisins et tomates où la couleur joue un rôle important.

Un laboratoire du MIT, le CSAIL (Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory) vient de créer une ferme expérimentale entièrement cultivée par des robots, qui communiquent grâce à de l’électronique avec des tomates.
Des plantes en pots sont dotées de capteurs envoyant des signaux aux robots qui savent ainsi quand elle ont besoin d’eau ou de nutriments. Cette première expérience prépare à de plus vastes projets dans lesquels les robots pourront intervenir sur de grandes exploitations pour combattre les parasites notamment.

Dans une autre ferme, ce sont des robots qui accomplissent la traite des vaches, lesquelles n'y voient pas d'inconvénient et s’y prêtent volontiers.

Autre vidéo: Comment on récolte les amandes.

Aide social

Roméo est un projet de robot à taille et forme humaine de plusieurs organismes nationaux français qui sera construit par Aldebaran. Pour accomplir le projet Romeo, 10 millions d'euros ont été investis par ces organismes avec des partenaires, dont la liste comprend l'INRIA et Aldebaran ainsi que Cap Digital, DGCIS, la Ville de Paris.
Le but de cette initiative est le même que celui qui est mis en avant par les industriels japonais: fabriquer un assistant qui pourra aider les personnes âgées ou handicapées dans la vie de tous les jours. Car leur proportion tend à s'accroître avec le temps et il deviendra de plus en plus coûteux de mettre du personnel à leur disposition.
Le robot devrait être capable d'apporter des objets et aider les personnes à se déplacer. Il pourra comprendre ce que l'on attend de lui, discerner des émotions sur un visage humain. Il répondra à la voix et pourra dialoguer pour préciser ses tâches. Son apparence doit être humaine, et évidemment être plus proche de celle de Nao que de Terminator. Il pourrait s'inspirer des travaux menés sur Meka HCRL dans ce même but.

Les projections prévoient un premier modèle de moins d'un mètre cinquante qui serait disponible dès 2010. En 2011 un second modèle sera testé avec des patients de l'Institut de la Vision, souffrant d'une perte d'autonomie.
Aldebaran va se baser sur ces travaux pour réaliser un modèle commercial qui serait disponible en 2015. Ce modèle commercial Roméo de Aldebaran dévoilé le 15 décembre 2010 mesure 1,40 m. et pèse 40 kilogs (voir image à droite). Il possède 37 degrés de liberté et des mains humanoïdes aptes à manipuler des objets. Cependant son prix se situera autour de 250 000 euros.

Bûcheron

Timberjack walking machine est destiné à remplacer les véhicules à roues qui font beaucoup de dégâts dans les activités de coupe et transport d'arbres. Ce véhicule à six pattes se déplace sans détruire les arbustes ni écraser les petites animaux, grâce à sa démarche lente. Il permet aussi de franchir des obstacles et d'accéder à des endroits inaccessibles autrement.

C'est plutôt un exosquelette qu'un robot, un véhicule intermédiaire dont la locomotion est automatique et la direction donnée par l'homme.

Chanteur

Quand on vous parle de danseur ou danseuse artificiels, on rêve plutôt à quelque chose comme Hatsune Miku, une chanteuse très populaire au Japon et qui provoque des rassemblements dignes du Parc des Princes. Il s'agit en fait d'un hologramme très réaliste. Passer de l'holographie à l'objet artificiel ne semble pas très difficile à obtenir, il s'agit toujours d'une programme que l'on doit le relier à un corps mécanique plutôt qu'à des images.
Elle pourrait se faire accompagner par ce robot de spectacle qui dans la vidéo interprète Louis Amstrong et fait son numéro.

Chercheur

Aberystwyth University et University of Cambridge en Grande-Bretagne lui ont donné le nom biblique d’Adam. Adam est une machine faite d’instruments scientifiques dont des bras articulés et de quatre ordinateurs, son “cerveau”. Il dispose d’une base de données sur la génétique.
Adam a formulé de lui-même 20 hypothèses et a alors entrepris de les vérifier expérimentalement, à raison de 1000 expériences par jour. Cela à abouti à une découverte qui augmente la connaissance humaine et sera publiée dans les revues scientifiques. L’hypothèse en question est que trois gènes qu’il a identifié codent une enzyme participant à la production d’un acide animé, la lysine.

Deux autres projets sont en cours. Le robot Eve devrait être capable d’inventer de nouveaux médicaments, et un autre robot aura pour tâche d’observer des systèmes et de déduire les lois qui les animents.

Coiffeur

Le robot coiffeur de Panasonic à pour rôle de laver les cheveux des clients. Equipé de 16 doigts dotés de senseurs, il reproduit parfaitement l'action des mains d'un(e) professionel(le). Une sorte de scanner évalue en premier lieu la taille de la tête pour mieux les positionner.
Elle obéit aux directives du client quand à ses préférences. Dotée d'un mémoire elle retient les préférences de chacun afin de les réutiliser lors de la session suivante.
Ce robot n'est pas vraiment destiné aux salons de coiffure mais plutôt aux centres hospitaliers et hospices où il aidera à donner des soins aux patients ou personnes à mobilité réduite. Il peut atteindre le grand public et aider les personnes âgées et handicapées.

Eboueur

Le projet Dustbot (robot poubelle) veut mettre en oeuvre une collection de robots pour gérer l’hygiène de la ville, collecter les ordures et vérifier la qualité de l’environnement…

Une première expérience à été mise en oeuvre en Italie avec deux robots totalement autonomes qui se sont chargés de gérer une rue. Le modèle utilisé se charge de collecter les ordures à la demande des riverains et fournir des informations, sur la qualité de l’air, notamment. Il contient plusieurs casiers pour le verre, le papier et la plastique. Une fois rempli, il se dirige de lui-même vers les collecteurs comme le font les camions des éboueurs.
Les italiens imaginent d’en équiper la ville de Naples, victime d’un problème chronique de collecte des ordures ménagères.

Il existe différents modèles de Dustbot pour collecter les ordures (Le Dustcart dont on voit la photo à droite), nettoyer les rues avec des brosses ou jouer le rôle de balayeur et ramasser lui-même les déchets. Les robots utilisent un GPS pour se déplacer. Il sont reliés à un réseau local qui gère un parc de machines et leur assigne des missi ons en leur envoyant des messages contenant des ordres de type SMS qu’ils reconnaissent.

Dessinateur

robot peintre dessinateur

Comme le montre la vidéo à droite, le bras robotique de Patrick Tresset est capable de dessiner un visage. Il utilise une technique de détection des visages appelée filtre de Gabor. Cela peut aussi bien fonctionner avec une photo sur un écran.
Ensuite différentes techniques logicielles de vision artificielle lui permettent de tracer une image...

Enseignant

En Corée du Sud, ce sont maintenant des robots qui apprennent l'anglais aux enfants... Il résoud un problème notamment dans l'apprentissage des langues étrangères, car les milliers de professeurs étrangers coûtent cher au ministère de l'éducation de ce pays et en outre, on a du mal à pourvoir les postes dans les régions rurales.

Le projet a démarré dans la ville de Daegu avec un premier groupe de 29 robots avec l'ambition de généraliser l'expérience à toutes les écoles, et dans toutes les matières.
On prévoit d'en installer dans 8400 jardins d'enfants d'ici 2013. Le robot de téléprésence en vidéo s'appelle Engkey. Il pose des questions aux élèves et interprète leurs réponses. Il y a une vraie personne, résidant dans un pays différent connectée à la machine. Mais l'évolution est dans la suppression de toute intervention humaine.

Laveur de carreaux

Un robot capable de se déplacer sur des murs et autres surfaces verticales a été présenté par la société californienne SRI le 23 mai 2008 à la conférence sur la robotique de l’IEEE. Cette société à but non lucratif existe depuis 1946 et réalise des projets de recherche pour les entreprises, les fondations et les gouvernements.

La préhension robotique ou électro-adhésion transforme le robot en lézard. Des applications multiples se laissent entrevoir avec cet engin doté de crampons à préhension électro-statique. Dans le domaine militaire et policier, la surveillance, l’intervention. Et dans le civil, l’entretien et la construction: peinture, nettoyage des surfaces. L’inspection des édifices, ponts et autres ouvrages.

C’est un effet électro-statique qui produit l’adhésion de deux surfaces grâce à un champ électrique. Deux électrodes de polarité différentes génèrent une attraction. Une surface souple contient ces électrodes qui commutent presque instantanément pour permettre le déplacement. Le robot atteint la vitesse d’un km/heure et peut grimper un étage en 9 secondes. Il peut se déplacer sur des surfaces verticales de texture très variées: le bois, le verre, le métal, un mur de brique, une surface humide. Les surfaces peuvent être lisses ou rugueuses et même poussiéreuses.

Toutes sortes de robots peuvent tirer partie de ce mode de déplacement, minuscules ou plus imposants.
On envisage dans le futur le perfectionnement de cette technologie pour en équiper des humains qui pourraient ainsi se déplacer à la surface des bâtiments…

Pompiste

C’est comme le dit le site Web de son inventeur et fabricant, Nico Van Staveren, le premier robot capable d’approvisionner votre réservoir en essence... Le client doit posséder un sticker RFID qui contient les informations concernant son véhicule. Le robot a besoin de celles-ci pour choisir le type de carburant et pour orienter correctement le bras du robot.


Dans la station, un écran indique au conducteur où il doit s’arrêter exactement. Ensuite le robot s’occupe de tout. Il ouvre le réservoir, le remplit à la quantité qui convient, le referme…
Ce robot est aussi très sécuritaire, dès qu’il détecte un mouvement dans les parages, comme un enfant qui s’approche, il s’arrête aussitôt et retracte son bras.

Le premier Tank Pitstop a été installé aux Pays-bas, à Emmerloord l’année dernière et depuis ce temps, il fournit quotidiennement de l’essence aux automobilistes. De façon assez amusante, c’est un regardant une vidéo sur les robots fermiers, qui traient automatiquement les vaches, que Staveren a eu l’idée de construire son propre robot, avec des technologies qui existent depuis longtemps.
Ce robot à l’avantage sur un pompiste qu’il peut opérer jour et nuit, et éventuellement, dans des conditions de travail difficiles. Une bonne nouvelle pour les automobilistes. Il pourrait également aider au développement des véhicules électriques avec un engin équivalent pour changer les batteries.
Le robot pompiste coûte 70 000 €s. Selon l’inventeur qui possède une station service le robot a augmenté la productivité de 20% par heure et par pompe.

Serveur

Yumbo va envahir les restaurants

En thaïlande, le robot serveur est devenu courant. Le nouveau modèle Yumbo est déjà commandé par une chaîne de restaurants.
Cela peut-il se généraliser? Je suppose que les clients des restaurants, s'ils ne sont pas pressés et préoccupés comme c'est le cas dans les restaurants pour employés d'entreprise, aimeraient un peu d'humanité lorsqu'il vont au restaurant... Mais on peut envisager un partage des tâches entre robots pour les choses simples et nécessaires comme le transport et le nettoyage, et les humains pour les relations avec la clientèle.

Le service à domicile lui aussi peut recourir aux bipèdes métalliques ou mieux encore, des objets volants à la soute garnie de provision. Le robot livreur de pizza ou autres plats préparés est lui aussi déjà une réalité, le site tacocopter propose la livraison de tacos par mini-hélicoptère téléguidé... On peut commander à partir de n'importe quel smarphone. Bientôt les pizzas... Ce genre de service n'est vraiment envisageable que dans une petite ville, à cause des risques pour les passants de cette activité aérienne.

Une solution plus originale encore, par un restaurant de Londres, est de servir les clients par drones, voir la vidéo. Ils sont bien sûr télécommandés. Cela ne semble vraiment intéressant que si la terasse est loin de la cuisine!

Voir aussi...