Comment améliorer le taux de rebond

C'est le pourcentage de visiteurs qui quittent le site après avoir consulté une page, donc qui ne désirent pas en consulter une autre. Ce paramètre est essentiel pour savoir ce que les visiteurs pensent de votre site.

Tout d'abord, il faut faire la différence entre taux de rebond et taux de sortie. Le taux de rebond est le nombre de visiteurs qui quittent le site sans regarder une seconde page.
Le taux de sortie pour une page est le pourcentage de visiteurs qui quittent le site après avoir vu cette page. Le taux de sortie est généralement plus dépendant de la qualité que le taux de rebond.

Un exemple

Voila les statistiques fournies par un site (en fait le répertoire Anaa de scriptol.com): taux de rebond de 18% et durée de lecture moyenne de 6 minutes.

Un taux de rebond de 18% peut être qualifié de satisfaisant sur un site ou chaque page fournit une information complète: les visiteurs ayant obtenu une information, veulent néanmoins lire d'autres pages.

On interprète le taux de rebond en l'associant avec le temps passé: si le rebond est faible mais le temps passé aussi, cela signifierait que les visiteurs ne trouvent pas ce qu'ils cherchent et passent rapidement d'une page à l'autre. Plus le temps passé est long et plus le faible taux de rebond a un sens positif.

Le pourcentage de visites nouvelles est en rapport avec le pourcentage de visites apportées par les moteurs: ceux-ci apportent de nouveaux visiteurs tandis que les sites référents et bookmarks font revenir les mêmes. C'est aussi en rapport avec l'expansion des visites. Son interprétation dépend donc de facteurs externes.
Ce facteur complète celui du taux de rebond, il vaut mieux qu'il soit faible si le taux de rebond est élevé, cela indique que les visiteurs ont trouvé une information pertinente même s'ils ne lisent qu'une page.

Les facteurs pour un faible taux de rebond

Pour réduire le taux et donc conserver les visiteurs, les facteurs suivants sont essentiels:

  1. Le design.
    Une présentation agréable incite à visiter le site. Voir l'article un site de qualité.
  2. La vitesse de chargement.
    Sur un site dont les pages mettent un temps infini à se charger on n'est pas incité ni à poursuivre, ni à revenir. L'utilisation d'un CMS doit être associée à un hébergement de qualité pour avoir des bases de données réactives.
  3. L'intérêt.
    Quand un texte est intéressant, en bon français et sans fautes d'orthographe, on aura envie de voir ce que l'auteur à écrit d'autre.
  4. La taille du texte.
    Des articles courts favorisent la lecture d'autres pages (mais des textes complets ont plus de chance d'obtenir des backlinks et donc de nouvelles visites). Ce paramètre est surtout utile si l'on veut exhiber ses statistiques.
  5. Liens externes et publicités.
    Si le visiteur clique sur un lien ou une publicité, il est perdu pour le site (provisoirement). Les pages pleines de publicités à 1 cent le clic sont donc à proscrire. Voir le tutoriel d'Adsense à ce sujet.
    Les liens sur des sites externes sont indispensables et concourent au positionnement dans les résultats des moteurs de recherche, éviter simplement ceux qui ne sont pas pertinents.
  6. Adapter les mots-clés.
    Un facteur de rebond est le fait que la page sur laquelle on arrive ne correspond par à ce que l'on cherche sur un moteur de recherche. Il faut donc sélectionner les mots-clés qui conviennent le mieux au contenu.
  7. Les dictionnaires.
    Des sites de ce type ont forcément un taux de rebond très élevé bien que le contenu soit parfaitement pertinent vis à vis des recherches. Il peut être baissé néanmoins avec des liens internes.

Un taux de rebond élevé pénalise t-il le site?

Si Google connaît le taux de rebond d'un site, va-t'il le favoriser dans ses résultat ou le pénaliser selon que le taux est faible ou fort? Va-t'il estimer qu'un site dont peu de pages sont visitées n'est pas utile, et le pénaliser?

Selon Google Analytics, service offert par Google, un taux élevé dénote un manque de pertinence et est donc négatif. C'est le point de vue d'un moteur de recherche.
Si l'on a un taux élevé, supérieur à 65%, on aurait donc intérêt (c'est une théorie) à ne pas utiliser Google Analytics, qui fournit directement ces chiffres à Google!
Cependant le taux de rebond peut être connu aussi à partir des clics dans les résultats des requêtes. On ne peut le cacher à Google, on peut seulement essayer de l'améliorer!
Mais Google utilise-t'il ces chiffres?

Oui peut-être...

Un article paru dans un site américain consacré au référencement, se base sur une étude des résultats, donne la réponse suivante: oui, Google utilise le taux de rebond pour pénaliser les sites et en plus il utilise les données de Google Analytics.

Mais si l'on étudie l'article plus en détail, on se met à douter de sa valeur statistique. 100 utilisateurs sur un site sans activité ne signifie rien, cela peut être la seule arrivée des visiteurs de l'expérience qui modifie les résultats. D'ailleurs l'auteur de cet l'article s'est avéré être lié à un fournisseur de statistiques concurrent à Analytics!

A titre de contre-exemple, quand au dossier Anaa sur Scriptol.fr son taux de rebond est très bas et après que Google Analytics ait été installé cela n'a eu aucun effet sur les résultats de Google.
Donc cela n'a aucun lien avec Analytics comme le confirme Google.

La réponse de Google

Une réponse est donnée par Matt Cutts: ce n'est pas un facteur qui pénalise une page dans l'algorithme général. Mais c'est une information qui date et depuis l'algorithme a pu changer.

En outre si les internautes retournent à la page de résultat après avoir être allé sur votre page, pour trouver d'autres sites, c'est un signal négatif (pour les mots-clés de la requête tout au moins). Il est toujours préférable que les visiteurs restent sur votre site.

Document